A propos

Dans mon travail d’atelier,  j’aime traduire l’errance solitaire et les lieux désertés. Mes toiles se nourrissent de mes souvenirs visuels d’aquarelliste voyageuse.  Ce sont aussi et surtout des matières, vues et retenues, murs rugueux, ruelles abandonnées, lumières  à la limite du jour. Témoigner et faire renaître des lieux souvent désertés ou à peine troublés d’une silhouette furtive porteuse d’humanité.

 Aussi loin que remontent mes souvenirs, je me vois en train de dessiner ce qui m’entoure, de saisir l’instant que je sentais fugitif. En voyage, le choix de l’aquarelle s’est imposé avec sa rapidité possible et la légèreté nécessaire du matériel.

Ces voyages, proches ou lointains saisis dans mes carnets d’aquarelle sont, au retour, source d’inspiration.