Chronique cartographique en territoires figurés et poétiques

Archives pour le mot-clé : littérature

Ici, l’exotisme

Durant des siècles, ce furent les guerres, les invasions et les soumissions forcées, relatées par les récits de voyageurs qui édifièrent le regard très particulier de l’exotisme. Aujourd’hui, le bon sens serait de refuser l’avion, le voyage loin de chez soi. Comment éprouver le singulier, comment le colorer d’une vérité qui le distinguerait des autres, comment le faire ICI ?

Éluder le désir

Il lui récite les tables de multiplication d’une voix gouailleuse. « Oh my God » soupire-t-elle. Il stoppe net, se lève et bondit. Saute par-dessus la balustrade. Les canards et les pigeons s’envolent. Les cygnes, eux, ont gardé la tête sous l’eau. Ce vol de cygnes, non ! de naïades se sauveOu plonge Elle l’appelle, Benoît ? Bertrand ? Il gambade, il fanfaronne, lire la suite...

Le pittoresque

Le synonyme le plus probant de couleur locale est pittoresque dérivant de l’italien et relatif à la peinture. J’ai dessiné mon néflier mais ne l’ai point peint, pas à l’aise avec ça… Mais le décrire, oui. Et j’imagine un jeu printanier, dehors, d’observation et de description ; contraint et poétique ; littéraire et botanique. Une aventure qui contourne l’exotisme – connotant trop lire la suite...

OEdipode rex

À ce propos, je songe à Gide écrivant à Valéry « Et nous sommes si peu nomades, au fond !!! ». Lui, répondait « Il y a entre Gide et moi…quelque chose de l’ordre de la vitabilité, de la faculté de se suivre, de s’adapter instantanément ». Comme le premier, j’ai un pied ici, un pied là. Comme le deuxième, lire la suite...

Commencer

« Commencer sans finir a vu l’aube » Demain, nous serons des forgerons qui à partir de leurs sensations, perceptions, émotions, œuvreront à composer une histoire. Celle-ci s’articulera autour d’un nomade par excellence, le criquet migrateur.  

Chronique de manque annoncé – 2

Il est 13h30 quand nous nous retirons de notre amour. La Grande Histoire me paraît si bancale, mon bel amour. La pièce où nous nous tenons, enfin calmes, a connu les sursauts et les soubresauts de la passion. De cela il y a bien longtemps. Nous allons procéder à des démarches administratives, déposer un préavis de location, rechercher chacun un lire la suite...

Le paysage est un texte

Depuis la prise de notes inspirantes dans les salles du Muséum de Nîmes à l’écriture Chercher à la source en passant par l’arbre généalogique…telle est la tonalité du rendez-vous des Ateliers de Traverse samedi 06 avril 2019. Écrire des jalons chronologiques et les inscrire en un territoire, s’aider de dictionnaires qui archivent, de mémoire qui s'(am)use et d’inconscient qui vagabonde lire la suite...

Au-delà

« La poésie, dans une œuvre, c’est ce qui fait apparaître l’invisible.» Nathalie Sarraute, 1962   Ne pas dépasser le seuil peut être aussi ne pas se situer dans le champ et laisser place à l’imagination.  

Diffraction sans bord

Préambule : on tire au sort la définition d’un synonyme de diffraction qui sera notre guide. . Premier temps : la déambulation. On feuillette, on pioche des mots et des titres. On réfléchit à ce que signifie le trajet. On conserve un livre relatif à Apollinaire. . Deuxième temps : la création. On écrit de courts textes qui rebondissent de lire la suite...

Nous travaillons dans l’obscurité

Le gué d’une lumière ? Avec mes petites pattes de mouche sous mescaline, je traverse les chairs et les nerfs disséqués sur des arcs tendus. Sensibles, leurs variations, ce sont des lignes que j’aurais aimé revêtir. De loin tout est silencieux mais si je me pose sur le support, je perçois la gravité du ring déserté, de l’arène où gît le lire la suite...

D’un œil ardent tu verras

Quand les astres écrasent toute chose, on s’en remet à dieu ou au diable pour trier le soupçon de la chicane. D’un œil ardent tu verras – il te faudra entrouvrir les paupières – les dromadaires harassés, les pèlerins devant, à droite quelques murets et la campagne cramée de chaleur. Sur le pourtour, des blessés, des gens hagards, des rumeurs. Tu lire la suite...

Un mouvant tableau

Je venais tout juste d’avoir 30 ans. J’avais passé les dix dernières années de ma vie enfermé, entre mon petit studio du 3è arrondissement et mon bureau. Je n’avais pas vécu. Ou si peu. Juste la vie des autres dans les romans que je dévorais par dizaine à la bibliothèque de mon quartier. Parfois le dimanche j’allais me promener dans lire la suite...

Stavros

La péninsule d’Akrotiri est une terre aride à la lumière éblouissante, où s’est déroulé le tournage de Zorba le Grec (Αλέξης Ζορμπάς), Michael Cacoyannis, 1964, adapté du roman Aléxis Zorbás, Níkos Kazantzákis,1946. Extrait d'un concert donné à Vamos, juillet 2017

Soudain l’orage

Nuit noire. Le vent se lève. Les branches craquent. Un torrent de pluie s’abat violemment sur la ville. L’eau monte dans les rues. Bien au chaud derrière la fenêtre de mon atelier je regarde indifférent ce déferlement de fureur. Des éclairs lumineux déchirent le ciel. Au loin j’entends le grondement s’amplifier de la rivière devenue torrent. Un coup de tonnerre, lire la suite...

Fille de la nuit égarée

Tu tiens baissées tes paupières de neige. Tu tiens cachés tes doigts de rose. Tu tiens voilé le haut du corps, masquant la beauté rayonnante d’autrefois quand à l’aurore, se répandait des rameaux agités, une rosée tardive. Vierge sans ailes qui n’annonce plus aux dieux ni aux mortels l’arrivée imminente de la lumière blonde du soleil depuis qu’elle verse ses larmes sur le fils lire la suite...

Lieu-corps

Il y aurait, là-bas, une vague immense et douce qui porterait mon corps en majesté. Elle s’appelle la vague des amants éternels, celle qui porta le corps souffrant de Tristan vers le rivage d’Iseult la Blonde. Elle est orientée vers les jours qui se succèdent entre les roseaux brisés puis vient la lande que je foule à l’aube. Le voyageur lire la suite...

Around Times Square

Julie Ackermann a présenté en janvier 2018 dans Les Inrocks, le festival « Le Goût des autres » au Havre célèbrant la littérature new-yorkaise et dont les écrivains Paul Auster et Siri Hustvedt en étaient les invités d’honneur. Qui n’a jamais fantasmé New York ? Voulu éprouver cette ville-monde qui a inspiré Franz Kafka, Don DeLillo, Louis-Ferdinand Céline ? Qui n’a pas lire la suite...

St-Pair-sur-Mer

Les Ateliers de traverse se réunissent plusieurs fois chaque année afin d’échanger, mutualiser, expérimenter et rechercher. Nos résidences sont des laboratoires dans lesquels se nouent et se renforcent réflexions et pratiques qui sont les nôtres. Après l’exposition « Résonance » à Rouen qui nous a fortement influencées, entre flashback et flashforward – motivations des ateliers d’écriture d’avril – une résidence grise, pluvieuse lire la suite...

Clair obscur

Le clair-obscur est l’art de distribuer dans un tableau les nuances de la lumière contrastant avec un fond sombre. En littérature, figure de style que l’on appelle aussi oxymore, alliance de deux mots à signification opposée, exprimant l’inconcevable et créant ainsi une nouvelle réalité poétique.