Chronique cartographique en territoires figurés et poétiques

Archives pour le mot-clé : couleurs

[blanco y negro]

Il a recouvert des valérianes officinales de dessins au curaçao [azul] tel que le professait le Dr Charcot en 1853. Il a autrefois travaillé avec de petits plateaux de bakélite polychrome [multicolor] qu’il recouvrait de plâtre patiné et de vernis magique sous lesquels il avait peint de purpuréens [púrpura] carpelles. Il a accompagné des militaires qui avaient déserté Libreville, blêmes lire la suite...

Ut pictura poesis

À l’occasion de l’exposition Albert André aux Archives départementales du Gard, questionnons l’influence de la peinture sur la poésie et celle de la poésie sur le dessin.

Parfois l’ivresse

Dans la solitude de cette station, bateau ivre, seule en ce jardin. L’homme à moitié sourd depuis l’âge de 6 ans maquille le ciel en jaune. Ce fantôme se prend pour un clown, rapace à flanc d’abîme, oiseau égaré de mes souvenirs… Muriel Ramaré

Couleur locale et peinture

Revenir à la source. « Couleur locale, est en peinture celle qui par rapport au lieu qu’elle occupe, et par le secours de quelque autre couleur, représente un objet singulier, comme une carnation, un linge, une étoffe, ou quelqu’autre objet distingué des autres. Elle est appelée locale, parce que le lieu qu’elle occupe l’exige telle, pour donner un plus grand caractère lire la suite...

Origines

Il y a trois ans, une journée grise m’avait amenée à l’exposition Opium ( je faisais des recherches autour de la lettre O pour un projet) où je lisais « chacun de nous est un désert … » . Les couleurs du jour m’attristaient, j’ai pensé à encore plus terne, plus boueux, plus rude. C’est devenu la plaine Puszta, de ce manque lire la suite...

Our underground

Étage peau – surface de moi Soleil de midi écrasant Moi, j’voudrais être ce cheval blanc qui s’enfuit dans la nuit Il y a, près de l’escalier de secours, un quadrillage noir et blanc qui répond aux fenêtres grillagées et – en arrière plan – ta maigreur, ton regard et l’ironie de tes lèvres Collectif  

Triptyque subliminal

  L’alcool stimulant m’a désinhibé. J’ai rangé le flash, la vie allumée s’est mise à danser, qui coule en moi – je veux me noyer- réservoir de mes rêves. Sa force étoilée nous fait briller la rue. MR Lendemains joyeux d’un futur certain. Je le vois soudain, comme une éclipse surgie du passé, de mon imaginaire, d’un horizon lointain.  Dans lire la suite...

Là où œuvre la chlorophylle

Assise sur un banc de pierre sable, décoloré par les années, elle balaie, de son index, les traces brunies de leur maturité, récemment encore noyées par les averses. Des unes, reste un damier bistre, des autres, une rouille de lichens ou encore une fadeur sombre. Elle murmure «Mon cœur», «Anarchie» en suivant du regard les lignes brisées tel un étain lire la suite...

Écriture pigmentée

Ah ! Que le temps vienne/Où les cœurs s’éprennent* Tronc noueux. Cicatrices indélébiles. Larmes de sèves. Je me tiens immobile sous un tilleul aux feuilles vert de gris. Je m’enivre du parfum entêtant des akènes bruissant au vent et du chant des oiseaux. Joyeuse sarabande de printemps. Vert sombre. Vert tendre. Vert topaze. Vert amande. Le vert est partout. Mon regard lire la suite...

Rayons verts

Toucher les balafres d’un platane argenté. Détourner la tête vers les origines estompées. Sonder le passé des Volques à tel point qu’on se croirait devant un éventail de chromos. Plonger un bout d’orteil dans Nemausa la source, il y a plus de deux mille ans. Caresser le marbre tandis qu’il pleut des semences soufre. Focaliser le regard vers les cygnes lire la suite...

D’un œil ardent tu verras

Quand les astres écrasent toute chose, on s’en remet à dieu ou au diable pour trier le soupçon de la chicane. D’un œil ardent tu verras – il te faudra entrouvrir les paupières – les dromadaires harassés, les pèlerins devant, à droite quelques murets et la campagne cramée de chaleur. Sur le pourtour, des blessés, des gens hagards, des rumeurs. Tu lire la suite...

Around Times Square 1501

Broadway – Paramount Du rock au mille cinq cent un Sous un clair-obscur Flouté de cyan, d’indigo Pour les païens de la soul Catherine Robert

Flash

Le ciel, plus ou moins ciel; Plus ou moins dormant Mauve crayeux Camaïeu à tes cils Varech primordial,  Michel Cassé, 2012 Docteur d’État en Astrophysique, Michel Cassé est spécialisé dans l’origine et l’évolution des éléments dans l’univers, l’évolution stellaire et nucléosynthèse, le rayonnement cosmique, l’astronomie gamma, les supernovæ et la cosmologie. Scientifique mondialement connu, il est astrophysicien au Commissariat à lire la suite...

Orientalisme

Orientalisme, c’est une exposition au Musée des Beaux arts de Nîmes en 2018. Orientalisme, c’est un contexte historique, un vocabulaire chromatique, des détails relatifs aux paysages, aux scènes de genre et aux portraits. Orientalisme, c’est Sara la baigneuse qu’écrivit Victor Hugo en 1828, c’est l’amour des imparfaits que déroule Flaubert dans Salammbô, en 1862.

Chania/ballade – extrait

Chania sous la neige, hiver 2017Il est des prospectives, belles Dans le silence sur les toits Des esquisses teintées de miel Bourdonnant comme de vieux crétois De cela on se souvient – Coi Dessous le soleil qui nous toise Tant on ignore les pourquoi Comme neige qu’on apprivoise Lire la ballade