Nous travaillons dans l’obscurité

Projet : Lumières

Le gué d’une lumière ? Avec mes petites pattes de mouche sous mescaline, je traverse les chairs et les nerfs disséqués sur des arcs tendus. Sensibles, leurs variations, ce sont des lignes que j’aurais aimé revêtir. De loin tout est silencieux mais si je me pose sur le support, je perçois la gravité du ring déserté, de l’arène où gît le monstre enclos à tout jamais, des bois sans la résonance du brame automnal. À l’orée du temps, être de l’adolescence la langue, quand les larsens éclaboussaient l’espace et que la couleur valait paysage.

Noire autant que rapide, refusée, le gué d’une lumière ?

L’heure présente, Yves Bonnefoy, 2011

Catherine Robert