Le mot « nomade »

En grec, οδοσ «odos », la route : qui change de pâturage, qui erre à la façon des troupeaux
ou des pasteurs d’un pâturage à l’autre.

En latin : Membre de tribu de pasteurs itinérants ; peuplades errantes d’Afrique du nord.

«L’habitant du k’sour cultive, à titre de fermier, le jardin du nomade; de son côté, le nomade se charge des troupeaux communs, les mène aux pâturages d’hiver; et, l’été, c’est lui qui va chercher, sur les marchés du Tell, les grains dont l’un et l’autre ont un besoin égal. »

 

Été Sahara, Fromentin, 1857

1540 : Peuple qui n’a pas d’habitation fixe.
1799 : Personne qui n’a pas d’habitation fixe.
1832 : Personne qui ne demeure pas longtemps au même endroit.

Le feu de bois vert sous la cabane nomade du charbonnier

Confidences, Lamartine, 1849

1870 : Insecte hyménoptère, assez commun en France, de la famille des Mellifères, qui ne
vit pas en société, est de taille moyenne et de couleur orangée.

1874 : Animal qui change de lieu selon les saisons.