À défaut

Comme dans le vers « Au défaut de ton bras, prête-moi ton épée », L’aveu de Phèdre (Acte II, 5), Racine, 1677.