Atlas

I l trace des planisphères, des cartes imaginaires et leurs graphismes. Il évoque le départ – un matin à l’aube -, la traversée d’une lumière spatiale sans bornes et sans vacarme. Il dénonce le trafic des réfugiés, depuis la guerre vers nulle paix, de la pauvreté vers le fantasme. CR    

Estampe

Chavirement d’une gravure au mouvement de la lumière, néant rempli d’une cacophonie de traits…Aspersion de lignes, de courbes, d’encres illuminées…enluminées. MF