Chronique cartographique en territoires figurés et poétiques

Archives pour la catégorie : Journal

Commencer

« Commencer sans finir a vu l’aube » Demain, nous serons des forgerons qui à partir de leurs sensations, perceptions, émotions, œuvreront à composer une histoire. Celle-ci s’articulera autour d’un nomade par excellence, le criquet migrateur.  

Percevoir le monde

« Affranchissez-vous des vieilles catégories du Négatif (la loi, la limite, la castration, le manque, la lacune), que la pensée occidentale a si longtemps sacralisées comme forme du pouvoir et mode d’accès à la réalité. Préférez ce qui est positif et multiple, la différence à l’uniforme, le flux aux unités, les agencements mobiles aux systèmes. Considérez que ce qui est lire la suite...

Le mot « nomade »

En grec, οδοσ «odos », la route : qui change de pâturage, qui erre à la façon des troupeaux ou des pasteurs d’un pâturage à l’autre. En latin : Membre de tribu de pasteurs itinérants ; peuplades errantes d’Afrique du nord. «L’habitant du k’sour cultive, à titre de fermier, le jardin du nomade; de son côté, le nomade se charge lire la suite...

Repérages

Départ de la gare de Nîmes, marcher comme si c’était la 1ère fois à Nîmes. J’arriverais d’où ? Tarascon, Frontignan, Alès ? J’aiguise mes sens tout en chronométrant mon parcours…Halte à l’Office du Tourisme et dernière étape à l’exposition d’Isabelle Rodriguez qui écrit «Les ruines accrochent les fantômes au paysage» Je note la multiplicité de mes idées.

Le paysage est un texte

Depuis la prise de notes inspirantes dans les salles du Muséum de Nîmes à l’écriture Chercher à la source en passant par l’arbre généalogique…telle est la tonalité du rendez-vous des Ateliers de Traverse samedi 06 avril 2019. Écrire des jalons chronologiques et les inscrire en un territoire, s’aider de dictionnaires qui archivent, de mémoire qui s'(am)use et d’inconscient qui vagabonde lire la suite...

Problématiques de l’origine

À quelle question répondre…Comment l’origine ou bien pourquoi l’origine (parlant du monde)? De même pour le langage et la vie. Et qu’en est-il de l’origine de l’immatériel ? La science, la religion et la philosophie n’y suffisent pas. Non pas choisis au hasard, Francis Ponge et Philippe Descola rendent compte d’autre chose.  

« L’émotion de la provenance »

C‘est Jean-Christophe Bailly qui écrit cela dans son introduction à Le dépaysement, paru en 2012. Il est question de fluidité, de vent dans les branchages et d’absence de racines. Je lis dans le désordre ses mots qui bruissent en moi. Rappelons-nous ces humains qui ont arpenté le territoire et se sont réfugiés dans les grottes qui surplombent la rivière (elles lire la suite...

Raconter les origines

Plusieurs options pour ce faire: l’arbre généalogique, réaliste ou imaginaire écrire selon une chronologie de la naissance à aujourd’hui ; d’un départ à une arrivée ; d’une rencontre à une séparation – à chaque fois, remonter ou descendre le temps comme on le ferait le long d’un cours d’eau raconter des étapes, jouer avec les repères temporels et/ou spatiaux sans lire la suite...

L’origine du monde

Un peu d’étymologie déploie toujours un éventail imaginaire et symbolique. Origine, mot savant apparu au XVe siècle, est issu de la famille latine oriri, ortus « se lever » (pour les astres) → (soleil) levant source disparaître (avec l’ajout du préfixe ab) Et c’est de source qu’il est question pour Origine, précédé  – dès le XIIIe siècle puis le XIVe siècle – de lire la suite...

Muséum de Nîmes

Balade matinale jusqu’au 13 Boulevard Amiral Courbet. Là, je découvre le nouvel espace Paléontologie qui explique quand les animaux & l’hom ont paru [et] amène à réfléchir sur la gdeur des espaces, la durée infinie du temps, comme le rature Flaubert avant la version définitive de son Bouvard et Pécuchet, sur lequel seules figurent les phrases suivantes : « La majesté de lire la suite...

Tu planteras les années. En résonance…

Night + Fog (11), Darren Almond, 2007 Tout commence ici, à Anvers quand tu oublies ta chemise blanche près du vieux cyprès chevelu que tu aperçois, déformé, à travers les carreaux de la salle de bain, là où les ombres fluctuent en de sombres gestes, biffures laminées depuis la nuit des temps. À l’arrière plan, une prairie comme un fleuve lire la suite...

Une traversée

En témoigne le parcours imparfait 2018 sous le thème des Lumières, des Correspondances et des Résurgences, comme une eau s’extrait parfois de la roche sans que l’on sache tout à fait son origine même si assurément, c’est la même qui coule depuis l’aube de l’humanité.

Chania/ballade – extrait

Chania sous la neige, hiver 2017 Il est des prospectives, belles Dans le silence sur les toits Des esquisses teintées de miel Bourdonnant comme de vieux crétois De cela on se souvient – Coi Dessous le soleil qui nous toise Tant on ignore les pourquoi Comme neige qu’on apprivoise Lire la ballade