A propos

previous arrow
next arrow
Slider

L’Espiguette, dans le Gard, photos de Jean-Yves Robert

Décrypter lors d’explorations sur le terrain, l’analogie entre l’arborescence, naturelle et anthropique, qui surgit à notre sensibilité et l’arbre généalogique intime qui nous habite, nous saisit et s’efface – au carrefour de nos savoirs limités, de notre inconscient, de notre poésie, voire de notre minuscule philosophie. Façonner les résonances, raconter les échos entre architecture spirituelle et géographique, tension du corps et du paysage, mouvement du dévoilé et du caché. Structurer les regards, les motifs et leur figuration sur une carte. 

Minéral et végétal

La carte dessine au gré du temps un territoire et sa lumière ; elle revendique la puissance de l’imaginaire et la polysémie du singulier ; elle évoque le Blaise Pascal mathématicien et philosophe qui écrit au XVIIème siècle que « par l’espace l’univers me comprend et m’engloutit comme un point : par la pensée je le comprends ».

Tracer le territoire

Tel est le propos impulsé par Catherine Robert, des Ateliers de Traverse.