A visages découverts

Aveline Jarry, Françoise Combe, Alexandre Simonet, Ludovic Jouvente

A visages découverts

A visages découverts

Aveline Jarry, Françoise Combe, Alexandre Simonet, Ludovic Jouvente
2 avril 2020
Saveurs et portraits :

Dès le mois d’octobre 2019, les ateliers “A mots découverts” ont repris à Carré d’Art, deux mardis par mois.  Le Labo² va participer cette année encore au projet.

Une programmation thématique est proposée aux apprenants en français, des associations du centre-ville de Nîmes. Nous décidons de réaliser un carnet de recettes plurilingues qui sera disponible dans l’espace Facile à Lire de la bibliothèque Carré d’Art. Des séances de portraits chinois sont également au programme.

De nouvelles rencontres...

Pour cette nouvelle saison des ateliers “A mots découverts”, nous mettons l’accent sur les ressources numériques. Alexandre Simonet nous propose de tester des outils inédits dans le labo² : la sonde voyageuse et des fiches en ligne pour rédiger des recettes de cuisine et des portraits. Nous avons envie de développer chez les apprenants des compétences nouvelles sans perdre de vue notre objectif de départ : pratiquer le français, apprendre du vocabulaire et rendre accessibles à tous, les espaces et les ressources de la bibliothèque Carré d’Art.

 

previous arrow
next arrow
Slider

 

Ensemble Aveline, Alexandre et moi-même, nous réfléchissons à la rédaction de contenus qui pourraient donner envie aux apprenants d’utiliser l’outil numérique. Nous aimerions, également, donner davantage la parole aux participants. Un vrai défi non ? Mais nous gardons les rituels instaurés lors de la saison précédente : le tour de table pour se présenter, le partage d’un mot dans toutes les langues parlées par les personnes présentes, le moment de lecture à voix haute offert par les bibliothécaires et la liste de vocabulaire avec 10 mots, en lien avec la thématique choisie.

Ateliers Saveurs

Nous optons pour une approche progressive. L’atelier se déroule en deux étapes : une première autour de la création d’une fiche papier et une seconde autour de la production d’une fiche numérique.

 

Une occasion de progresser en français, de manipuler des outils numériques et de faire découvrir des recettes d’autres pays. Les apprenants choisissent, parmi de nombreuses icones, des ingrédients et des verbes d’action, pour décrire les étapes de la recette.

C’est un exercice complexe pour des personnes qui ont appris la cuisine par transmission orale et qui n’ont pas l’habitude de consulter des livres de cuisine. Mais c’est également l’opportunité de découvrir un vocabulaire précis : pincée, sachet, thermostat et de nombreux verbes d’action tels qu’éplucher, pétrir, préchauffer…

Parfois, nous avons eu du mal à dénicher les bons ingrédients ! La recette d’Anna nécessite de la farine de maïs, malgré tous ses efforts pour nous expliquer et nos recherches sur internet, il semblerait que la farine de maïs disponible en France ne donne pas le même résultat que celle de Moldavie !

Voici le menu que nous avons concocté avec les apprenants de l’association C’Faire !

Au menu

 

Les fiches de cuisine
previous arrow
next arrow
Slider

 

Bon appétit !

 

Nous avons imaginé cet atelier de création numérique pour atteindre un triple objectif : recueillir les éléments de la recette (écrire en français de manière manuscrite), saisir ces informations pour la version numérique (écrire à l’ordinateur),  insérer, ensuite les dites fiches dans chaque marqueur (écrire sur le web). L’objectif général étant de réunir les fiches dans une pochette  ensuite déposée sur le présentoir de l’espace  Facile à Lire. Hormis les difficultés que le groupe a pu rencontrer pour rédiger, celui-ci a fait preuve de beaucoup de persévérance et d’enthousiasme.

 

Portraits

Nous proposons aux apprenants, la réalisation d’un portrait chinois. Une nouvelle fiche, cette fois directement sur l’ordinateur, avec une liste de 4 questions, sert de trame aux participants. En première partie de cet atelier, nous expliquons la démarche : partager ce que nous aimons, un lieu, un livre, une couleur, une musique ou un film. L’objectif : inciter ce public à découvrir les collections de la bibliothèque, leur donner envie de feuilleter un livre, de choisir un CD, de fouiller dans les bacs de DVD, …Par groupes de 3 nous partons munis d’une sonde voyageuse, un petit appareil, “fabriqué maison” qui va nous servir à photographier les éléments choisis pour bâtir les portraits.

 

Ensuite, retour devant les ordinateurs pour remplir la fiche numérique avec les photos prises. Le niveau du groupe était très hétérogène. Certains n’avaient jamais utilisé une souris ou un ordinateur. Insérer les photos de la sonde voyage a pris du temps…  D’autres plus à l’aise avec l’outil numérique, ont rapidement bouclé leur fiche.

 

De nouvelles pistes :

La thématique de la cuisine est une très bonne accroche pour faire parler les apprenants. C’est l’occasion également d’apprendre du vocabulaire, courant ou  technique, à réutiliser au quotidien. Le support graphique des icones, facilite cet apprentissage.

C’est aussi agréable et valorisant pour les participants de faire découvrir des plats de leurs pays et d’expliquer, à quelles occasions, ils les préparent. Cet échange offre aussi la possibilité de faire plus ample connaissance.

Passer à l’écrit, du support papier à la fiche numérique, n’a pas été difficile car tous étaient motivés par l’envie de faire connaître leur recette et de la mettre en valeur à l’intérieur d’un carnet .

Grâce à cette proposition innovante, les apprenants se familiarisent avec l’outil numérique, même si pour certains, c’est la première fois qu’ils ont accès à un ordinateur, touchent une souris, tapent sur un clavier.

Réaliser un portrait chinois mais pourquoi ? Par exemple, pour se déplacer dans les différents espaces du Carré d’Art. Le fonctionnement de la bibliothèque devient plus familier si on comprend comment les documents sont classés : à quel endroit sont rangés les livres sur la Seconde Guerre mondiale ou les CD de  musique. Nous avons  donc expliqué  l’utilité des cotes sur les ouvrages. Et, à la fin de la séance, les apprenants ont pu reposer, à sa place, chaque document emprunté. Nous pensions que cet exercice était peut-être abstrait pour eux, ou complexe. Nous avons été agréablement surpris !

Lorsque la “technique” est une barrière, cela peut créer des difficultés ! L’hétérogénéité des pratiques numériques, à l’intérieur du groupe, a parfois nécessité un accompagnement individuel. Et nous avons été moins disponibles pour les autres.

 

previous arrow
next arrow
Slider

 

La sonde voyageuse a déstabilisé les apprenants : impossible de voir ce qu’ils prenaient en photo, comme au temps des appareils photos argentiques …. Certains familiers des smartphones et des réseaux sociaux, nous ont fait remarquer qu’utiliser un smartphone était plus simple ! Dans les deux  d’ateliers, les apprenants ont montré un réel désir de progresser et de s’approprier les outils numériques, toujours dans la bonne humeur ! Pour la prochaine saison, nous allons tenir compte de leurs remarques et réfléchir à des propositions qui mobiliseront leurs compétences sur les smartphones.

Le déroulement de ces séances nous a donc amené à repenser le contenu des prochains ateliers pour les améliorer. Voici quelques pistes et questions que nous sommes en train d’explorer : comment faire évoluer les fiches, enrichir nos choix d’icones et  nos listes de mots ?  Nous savons, par exemple, qu’il existe un système international d’icones dans lequel piocher pour la construction de nos propres ressources d’apprentissage du français.

Nous avons aussi constaté que les sondes voyageuses n’étaient pas adaptées à ce type d’activité, mais que le smartphone pourrait l’être davantage. Privilégier le smartphone nous amène à la question de l’utilisation des applications. Nous avons mis à disposition des mini-imprimantes pour l’impression d’images adhésives à partir des images recherchées sur internet pour illustrer les recettes de cuisine. Et cet outil a beaucoup plu aux apprenants.

La question de l’utilisation d’applications dédiées à l’apprentissage du français s’est également posée. C’est à réfléchir sans doute dans le cadre d’ateliers moins formels, plus simples à mettre en oeuvre qu’un atelier numérique conventionnel. Nous repartons donc avec de nouvelles idées pour améliorer ce dispositif autour de l’écrit numérique et de la langue française.

Ressources

L‘équipe du CEREGARD, Centre Ressources Illettrisme et Apprentissage de la langue du Gard, propose des vidéos courtes pour découvrir des méthodes, des réflexions et des outils numériques qui favorisent l’apprentissage ou le réapprentissage de la langue française.

Voici deux vidéos sur l’apprentissage du français, pour un public allophone, à distance et en autonomie, via le numérique :

 

Le Ceregard publie chaque mois une lettre d’information pour faire part de l’actualité, mais aussi faire découvrir ou redécouvrir des ressources qui peuvent être un levier pour l’apprentissage de la langue ou le réapprentissage des savoirs de base.

Prenez connaissance de la lettre de décembre 2019 consacrée aux outils numériques qui peuvent favoriser l’apprentissage du français à distance et en autonomie.

 

 

 ,

Laisser un commentaire